La rentrée à sonné, l'été touche à sa fin, et nous reviennent déjà à la mémoire les souvenirs du mois d'août... Ah... l'été, le sable, les cocotiers, l'odeur de la mer... Et puis la boue, la bière et la musique ! Car oui, notre mois d'août n'a pas rimé avec coquillages et crustacés, mais circle pit et pieds mouillés ! De nouveau nous nous sommes rendus au Motocultor Festival, toujours situé sur le site de Kerboulard à Saint-Nolff (56)... Bien évidemment nous allons tout te raconter... 

 

Le Motocultor qu'est-ce que c'est ? Fichtre, si tu ne le sais pas encore c'est une bien triste nouvelle... Le Motocultor c'est douze éditions d'un festival en constante évolution. La première, en 2007 accueillera 200 festivaliers, contre 42 000 cette année. Le "Motoc", c'est le meilleur festival français de taille moyenne en 2015, et le 3è meilleur festival de petite taille en 2017. C'est également une affiche de choix avec au menu, près de 80 groupes ( de Alan Stivel à Watain, en passant par Hatebreed, Eluveitie, Avatar, Mars Red Sky ou encore Hipocrisy, bref, il y en aura pour tous les goûts ! ). 

Tu l'auras compris, un festival en constante évolution, c'est un festoche qui n'a pas peur des nouveautés et des changements. Celui qui marquera ce cru 2019 de façon considérable, c'est l'ajout d'une journée au programme, poussant le format de 3 à 4 jours. Pour les plus courageux, c'est donc l'occasion de poser sa tente au camping dès le jeudi midi et de profiter d'une soirée de concerts sur les scènes principales de la structure, ou de découvrir de jeunes recrues prometteuses sur la nouvelle scène du camping ! Pour accueillir plus de groupes et plus de festivaliers, la géographie du festival a été intégralement repensée ! Le camping s'excentre, l'espace de travaille s'isole du bruit, les bars se dispatchent et le market s'agrandit... Parlons en de ce fameux market ! Lui aussi a subi un légé lifting cette année. S'il accueille  toujours les stands de merch, les labels et les marques récurentes, une annexe extérieure s'est ajoutée et permet de découvrir un marché de créateurs artisanaux. Tanneurs, sculpteurs, créateurs de bijoux, de grimoires, etc.. De quoi en prendre plein la vue et redécouvrir des métiers d'arts manuels. Ce ne sont pas là les seuls changements... Au bar on notera l'arrivée de la fameuse 8.6, pour le plus grand plaisir de certains, et le plus grand désespoir des autres... Mais cela ne suffira pas pour influencer l'ambiance du festival qui se veut toujours aussi bon enfant et bienveillante. Un stand de prévention contre le harcelement a d'ailleurs été mis en place cette année, une bonne mesure de prévention suite à l'actualité de certains autres festivals. La pluie aidant, ou plutôt la boue ( Motocultor cette année a d'ailleurs reçu la visite ( et les félicitations ) d'élus locaux venus juger de l'accessibilité du site à tous, et ce malgré la météo peu propice ), c'est dans une atmosphère festive que nous avons pu profiter des nombreux concerts... 

Et ces concerts alors? Côté affiche, comme nous le disions plus haut, c'est encore une fois une réussite ! Si on ne peut bien évidemment jamais plaire à tout le monde et que l'on entend d'ici arriver les classiques complaintes d'insatisfaction car "mon groupe préféré n'y est pas" ou bien l'indémodable "c'était mieux avant", on ne peut qu'apprécier les efforts de programmation. La richesse du programme, sa diversité et son renouvelement en font un running order de choix ! Le temps de performance des groupes n'esrt pas disproportionné ( qu'il soit midi ou minuit ) et laisse la possibilité aux groupes les plus matinaux d'exploiter au mieux leur répertoire et de convaincre un maximum l'audience. Nous n'irons pas plus loin dans le détail de l'affiche au risque de ne plus être très objectifs... Mais si tu souhaites en savoir plus sur les concerts qui nous ont marqué ce week-end... tournes la page

Welcome to Avatar Country

Oui nous commençons ces reports dans le désordre, par la fin même quasiment puisque celui-ci abordera le concert d'Avatar, donné le dimanche soir sur la Dave Mustage. N'y voyez pas là non plus un classement de valeur, mais juste une facilité de récit... Revenons en à nos moutons... noirs... C'est un nom que l'on aurait pu donner à ce groupe hors catéogorie qui se qualifie lui-même de "freak", en tout cas c'est également un concert hors catégorie qu'auront donné les suédois...

 

Ceux qui connaissent le groupe ne sont pas sans savoir qu'Avatar accordent une importance toute particulière à l'imagerie qu'il génèrent. De amnière générale, les concerts sont grandioses, imaginés, pensés et orchestrés avec démesure, folie mais précision. Sur les planches, les suédois se donnent des airs théatrales et la mise en scène est au centre du spectacle, tout est fait pour captiver l'auditoire, lumières, décors, discours, setlist, le groupe a le don de transporter le public dans son univers...

Il est vrai que côté décors, en festival Avatar est un peu plus resteint qu'en salle, mais cela ne saurait suffir à amenuiser les ressources de la fine équipe qui compensera la simplicité du show par sa grande technicité et une communication incroyable avec son public. Johannes Eckerström et ses multiples facettes ( on pourrait même aisément les qualifier de multiples personnalités ) mène la danse avec son rire dérangeant et ses introductions psychotiques. Cependant, s'il assure son poste désormais bien connu de Monsieur Loyal dans ce cirque aux monstres, le leader n'oublie pas de laisser place à la réalité du moment et est en recherche permanante de contact avec son public ( qui le lui rend bien ). Loin de tirer toute la couverture à lui, le chanteur s'éfface subtilement pour laisser tour à tour le devant de la Dave Mustage à ses musiciens, tous plus précis et techniques les uns que les autres. Les solos sont admirables, les jeux de scène epoustouflants ( qui est parmis vous capable de me citer un seul guitariste qui continue a jouer alors qu'il se fait transporter d'un bout à l'autre de la scène par son chanteur, sans même avoir les pieds au sol? Non... personne? )... Chacun se met au service d'une playlist bien rodée, attendue de tous mais rudement efficace. Tous les plus grands titres du groupes y passeront ( même si le groupe a pris ces derniers temps l'habitude de mettre en avant son dernier album en date "Avatar Country" ).

C'est ainsi que le concert fil, vite, trop vite, au ryhtme d'hymnes tels que Bloody Angel, Hail The Apocalypse, The Eagle Has Landed ou encore le magnifique final Smells Like A Freak Show, apothéose du concert, joué dans une ambiance survoltée et électrique, totalement iréelle...

 

1/ Hail The Apocalypse

2/ A Statue Of The King

3/ Paint Me Red

4/Bloody Angel

5/ The Eagle Has Landed

6/ Get In Line

7/ Glory To Our King

8/ The King Welcomes You To Avatar Country

9/ Smells Like A Freak Show

 


Read more at http://culture-extreme.e-monsite.com/pages/motocultor-2019/page-1.html#sob5KDUxf9yb06H2.99

Nytt Land : Prepare For Ritual

C'est samedi midi que Nytt Land s'est produit sur la Dave Mustage. Originaire de Sibérie, le duo de musiciens scandinaves à l'univers si particulier a ouvert ce deuxième jour de festival dans une ambiance mystique... 

 

Anatoly et Natalya sont professeurs d'histoire à l'université. Sur scène, le couple devient Nytt Land, un projet musicale mystique, complexe et ancestrale... Posez-leur la question et le duo vous répondra que Nytt Land est bien plus que de la musique. Posez-nous la question et nous vous répondrons qu'un concert de Nytt Land est bien plus qu'un spectacle. Ainsi, dans les lumières pâles du matin, par delà le bruit de la pluie qui s'abat sur le chapiteau de la scène principale du Motocultor, les projecteurs s'allument. Tantôt verts, puis bleus, ils nous préparent à un long voyage quasi initiatique, au coeur des cultures nordiques et sibériennes. Tout comme leurs ancêtres, Nytt Land partagent avec leur auditoire leur patrimoine, leur histoire et leurs récits au travers de chants typiques et de musiques épurées, comme le veut la tradition. Au detours d'une conversation avec le groupe, nous comprendrons l'importance de ces chants dans le mode de vie des peuples issus des steppes Sibériennes et qui ne gardent aucun écrit de leur passé.

Comme envoyés par les esprits anciens pour perpétrer leur savoir et leur mémoire, les deux musiciens se livrent à une performance digne d'une transe, un véritable rituel chamanique qui nous trasnporte au delà de la musique. Le jeu de scène est simple, voir inexistant, mais il faut admettre qu'il serait bien superflu et inaproprié tant ce qui se déroule face à nous semble irrél. Anatoly et sa femme sont vêtus de peaux de bêtes, le visage peint, et ensembles ils comptent leur savoir au rythme d'instruments traditionnels en majorité pensés et créé des mains de Natalya. Sa voix aigüe et envoûtante résonne dans tout le site, guidant les premiers festivaliers jusqu'à ses pieds où ils finiront bientôt silencieux et avide d'en entendre d'avantage comme tous ceux présents jusqu'alors. 

Soucieux de faire perdurer leurs origines et de partager leur univers, le duo prolifique gâtera même le festival de 3 nouveaux titres qui seront présents sur leur prochain album "Cult" ( dont la sortie est prévue pour le début de l'année prochaine ), mais aussi des titres tels que Fenris Kinder ou encore Ragnarok ( fraîchement décoré du premier clip du groupe )...

 


Read more at http://culture-extreme.e-monsite.com/pages/motocultor-2019/page-1.html#sob5KDUxf9yb06H2.99

Ajouter un commentaire

 
×