No One Is Innocent / Carnavalorock

1/ Salut, merci de nous recevoir ! Bientôt 25 ans, qu'est-ce que cela te fait ? 

Kemar : You're welcome ! Ecoutes on y pense même pas ! On y pense même pas parce que on est entrain de vivre comme au premier jour en fait. Chaque live est un pur moment, chaque album... On monte sur scène comme si c'était le premier. Toujours la même envie, toujours le plaisir de monter sur scène avec les potes, d'être sur la route avec nos techniciens, y a pas d'ennui quoi ! C'est une chance incroyable, y a une espèce d'enthousiasme permanent, de remise en question aussi ! "Qu'est-ce qu'on joue ce soir", "pourquoi"... C'est vraiment une histoire super ! 

A un moment donné, quand tu es pris dans cet espèce d'énergie positive, t'as pas forcément envie de t'arrêter tu vois, mais tu as le corps qui parle aussi ! Mais jusqu'à présent on est plutôt pas mal. Parce que si tu veux, il faut savoir rester honnête avec soit-même. C'est à dire qu'à un moment donné, c'est bien de faire des chansons, mais écrire des chansons c'est pour plein de groupes aussi juste un prétexte pour partir en tournée. Et à un moment donné si on arrive pas physiquement a dégager cette énergie qui est la notre, et bien ce jour là vaudra mieux rester à la maison... 

 

Hardforce blog 421

 

2/ Pour le moment ce n'est donc qu'une date comme les autres et ce qui compte vraiment, c'est la sortie de votre nouvel album ( qui a eu lieu au printemps ). Cela fait déjà quelques mois que vous le jouez sur scène, est-ce que tu voudrais bien revenir un petit peu sur sa sortie, son accueil, etc...? 

Ecoutes a priori il a eu un super accueil, on continu à vendre des disques, on reçoit plein de commentaires des gens après les concerts... C'est un peu un tournant pour nous cet album parce que Frankenstein c'est l'album qui arrive un peu à combiner le live et la façon dont on joue en studio. On arrive enfin à trouver cette énergie dans un album. Trouver cette énergie là c'est hyper dur ! Fred Duquesne, notre pote qui réalise nos albums, à l'écoute des compos il a compris que là on avait moyen de se rapprocher de ça quoi et pour nous c'est un gros kiff ! 

 

3/ Sur ce disque on retrouve des éléments qui vous sont peu coûtumiers, il y a le titre What The Fuck en duo avec Niko Jones, il y a également cette reprise de Black Sabbath que vous citez comme grosse influence... D'où sont néés ces envies, domment s'est passée l'écriture de ce titre ? 

Ce titre c'est nous qui l'avons composé et après avoir passé trois semaines en tournée avec Tagada Jones ( Du Bruit Dans L'Hexagone ) ça a été flagrant pour nous que c'était un morceau à chanter avec Niko. Même pas à la fin de l'enregistrement, à la fin de la démo on avait compris que ça coulait de source. Les gars de Tagada on trouvé ça hyper bien, ça a fait très plaisir à Niko en plus on a trouvé ça mortel. C'est une vraie aventure, on a envie de partager, on a envie de fédérer... En ce moment là ( depuis 4-5 ans ) il se passe un truc autours du rock énervé, on a la sensation qu'il se passe quelque chose. Certes il y a tous ces gens qui nous suivent depuis un bon moment, mais, les d'jeuns là à un moment donné ils en ont peut-être marre aussi d'aller voir des concert pop et électro. A un moment donné là vrai énergie elle est pas là, et tant mieux quoi ! 

 

C'est un constat avec lequel on ne peut qu'être d'accord, la preuve avec ce grand retour du festival Carnavalorock !

Ouais aussi ! A part qu voilà, la prog est vachement variée mais tant mieux au final ! 

 

4/ No One c'est avant tout des textes et des idées à défendre, et puisqu'on en parlait, c'est aussi le cas de pas mal de groupes qui sont à l'affche ici ce week-end. Comment te sens-tu à l'idée de jouer ici ce soir ? 

Bah nous ça faisait très longtemps qu'on avait pas joué ici, mais vraiment, genre plusieurs plusieurs années. Puis c'est un gros kiff de pouvoir jouer en Bretagne, c'est une région qu'on adore...Et puis c'est un peu particulier pour nous, c'est l'occasion d'exorciser un mauvais souvenir car le soir du 13 novembre, on jouait à Saint-Brieuc. On était entrain de jouer Charlie, dernier titre de notre concert, et on a vu notre régisseur qui vient nous voir en sortant de scène avec une gueule d'enterrement parce que sur son ordi il venait de suivre ce qui était entrain de se passer. Donc nous on rentre dans les loges, et on a senti que il y avait quelque chose de bizarre on s'est dit "pourquoi tu tires cette gueule" et là il nous dit "bon les mecs, asseyez-vous il faut que j'vous parle il s'est passé un truc". 

C'était troublant pour lui, qui était sur le côté, qui entend ce titre avec les gens qui sont au taquet devant nous, et puis en même temps sur son écran, il se passe ce qu'il se passe, donc voilà, Saint-Brieuc ça reste un moment particulier dont on se rappelera toujours. On essaie au fur et à mesure d'exorciser donc voilà, on espère passer un bon moment ce soir ! C'est l'occasion ! 

 

5/ Revenons-en à l'affiche, comme on le disait, même si elle est variée, il y a pas mal de groupes qui sont là pour faire passer des messages, je pense notamment aux 22 Longs Riffs qui joueront demain, aux Pussy Riot qui ont été déprogrammés... Il y a potentiellement dans la salle ce soir pas mal de personnes qui sont aussi là pour écouter ce que vous avez à dire, et qui savent ce que vous avez à dire. Ne penses-tu pas que c'est en un sens comme prêcher un convaincu ?

Ecoutes je ne pense pas parce qu'on en parlait hier soir avec les Tagada, on a la sensation que les gens viennent quand même pour notre musique principalement. Notre métier c'est de faire de la musique, après qu'on ai des choses à dire, c'est du second plan. Notre métier c'est la musique et les gens viennent pour la musique, et ils viennent parce que un concert de No One c'est une fête, c'est ça qu'on revendique. Alors après, chacun a envie de vivre son concert d'une certaine façon, tu vois hier soir au merch on parlait avec les gens qui venaient de voir notre concert, et Le Mans c'est pas forcément réputé pour être une ville dans laquelle quand tu joues les gens sont surexcités, mais il y avait quand même 600 personnes et ils vivaient le concert tous différement. Tu vois y en qui écoutaient, regardaient, d'autres se déchainaient devant... En fait j'aime bien cette idée que les gens peuvent faire comme ils ont envie. Mais par contre à un moment donné quand les gens gueulent, là il y a de la voix quoi !  Moi j'ai toujours détesté des groupes qui a un moment donné t'invectivent en disant "ouais c'est pas dimanche, montez le son", putain mais non chacun est libre de vivre le concert comme il a envie ! 

 

6/ Pour conclure qu'est-ce que tu voudrais ajouter pour terminer, qu'elle est la prochaine étape pour le groupe ? 

Bah écoutes la prochaine étape c'est là, c'est le concert de ce soir, on a 22 autres dates qui arrivent, on a encore 10 dates avec nos potes des Tagada, de temps en temps il y a Ultra Vomit qui nous rejoint, Les Sales Majestés... On a beaucoup de dates qui commencent à être complètes... Tu vois on monte sur scène, on fait des albums et on se dit que c'est pour rien, ça donne de l'énergie de savoir qu'il y a tous ces gens qui sont derières, qui nous suivent... Comme on disait on a l'impression qu'il y a de plus en plus de gens qui nous suivent, qui se bougent, qui sentent que c'est authentique quoi, qu'on est pas là pour faire semblant ! C'est que du positif ! 

 

 

Telechargement 1

Site internet : http://www.nooneisinnocent.net/

Facebook : https://www.facebook.com/nooneisinnocentofficiel/

 

Frankenstein : https://www.youtube.com/watch?v=Y1rLVkR__2E&list=PLsMaOZpFuxTH8rU0YV-jxb4w8NKBARsb_

 

Ajouter un commentaire