Cruachan / Motocultor 2018

A l'occasion du Motocultor Festival qui a eu lieu à Saint-Nolff (56) du 17 au 19 août dernier nous avons eu le privilège de détourner les irlandais de Cruachan de leur emploi du temps, pour leur poser quelques questions...

 

1) Salut Cruachan, merci de nous accorder un peu de temps ici au Motocultor Festival, comment allez-vous aujourd'hui? 

Le groupe: Nous allons très bien !

 

2) Avez-vous vu quelques concerts aujourd'hui ou allez-vous en voir certains? 

Keith Fay: Oui, nous avons vu Ereb Altor avec qui nous partageons nos loges et que nous connaissons depuis très longtemps, c'était super ! Nous avons également vu Alestorm ( qui sont des amis aussi ) hier soir et nous avons beaucoup aimé les faire rire en plein concert ! Ils ont eu quelques soucis techniques en début de concert mais c'était sympathique. 

 

3) Parlons un peu du groupe... En début d'année vous avez sorti un nouvel album intitulé "9 Years Of Blood". Est-ce que vous pouvez nous parler un peu de cet album? A quoi font référence ces neuf années? 

Keith: Cet album est un "concept album" basé sur la guerre entre l'Irlande et l'Angleterre qui a eu lieu au début des années 1600. Pour l'Irlande et l'Angleterre c'est une partie monumentale de l'histoire.

A cette époque l'Irlande est occupée par l'Angleterre qui possède des forces militaires importantes et les différentes classes et clans irlandais les plus opposés se sont unis pour former une armée qui a combattu durant ces neuf années contre les anglais ( où nous avons "pratiquement" gagné ). C'est une guerre qui a décimé de nombreuses populations... A l'époque l'Angleterre se remet tout juste de la guerre de cent ans face à une Irlande en pleine possession de moyens modernes et d'armes sophistiquées alors qu'eux sont encore à l'épée. Quelques années plus tard l'Angleterre a totalement changé sa tactique et s'est alignée sur le modèle de l'armée irlandaise, retournant la situation et gagnant la guerre. Aujourd'hui très peu de personnes connaissent cette partie de l'histoire pourtant importante, que ce soit en Irlande ou en Angleterre où ce n'est pas conté dans les livres d'histoire car, pourquoi feraient-ils une chose pareille? 

L'album est donc un concept album basé sur ces neuf longues années d'histoire, voilà tout !

 

4) Vous célébrez cette année vos 25 ans de carrière et, jusqu'ici, chaque pas est un succès! Vous avez joué en Russie, en Biélorussie, en Amérique du Sud... C'est un programme impressionant ! Comment résumeriez-vous ces vingt cinq années? Qu'est-ce qui vous a le plus marqué, dans quel pays avez-vous le plus aimé jouer, etc...? 

Keith: Oui cela fait vingt cinq ans et on se disait justement que cette année a été vraiment fantastique ! Depuis la Blood Trilogy ( qui a démarré avec Blood On The Black Rope ) le groupe a vraiment pris un tournant ! Nous avons jusque là été quelque peu feignants, mais depuis les ... cinq ou sept dernières années nous avons vraiment commencé à intégrer ce cercle des festivals, des grandes tournées... Nous avons de plus en plus de fans et notre musique se propage à travers le monde ! 

Cette année nous avons joué dans différents festivals, hier ici ( au Motocultor ) et c'était fabuleux, nous avons constaté que notre cercle de fans s'était agrandi ici en France ! Maintenant nous devons continuer et faire de notre mieux pour que cela perdure! Nous allons continuer à faire des concerts et travailler sur de nouveaux albums pour espérer jouer sur de plus grandes scènes! Nous avons un univers, une certaine scénographie que nous ne pouvons exploiter que sur de plus grandes scènes que celle sur laquelle nous avons jouer hier pour pouvoir emporter encore plus de monde avec nous !

 

5) Comme nous l'abordions un peu plus tôt, votre musique a énormément voyagé. Quel est l'impact du folk metal à travers le monde? Y a-t-il des pays/lieux plus faciles à appréhender? 

Keith: Je pense que tu peux répondre à celle-ci ! ( rires ) 

John Ryan: Et bien... En effet il est par exemple plus facile de jouer en festival! Le côté folk apporte pas mal de "fraîcheur" sur des affiches où l'on retrouve énormement de black metal, de death metal, de choses très lourdes... Quand nous montons sur scène l'ambiance devient un peu plus légère et tu sais, nous jouons beaucoup de musiques "classiques", typiquement folkloriques et avec des instruments traditionnels, les gens apprécient cela aussi !

Keith: Malgré tout nous avons aussi ce côté "death", "doom" et miséreux dans notre musique de part nos sujets, nous abordons des parties sombres de la culture irlandaise. Nous savons que la musique folk est souvent représentée comme quelque chose d'enjoué et festif mais aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours entendu mon père écouter des musiques traditionnelles irlandaises qui reflétaient beaucoup de sentiments très durs, très lourds, et nous incorporons beaucoup de ces parties d'histoire dans notre musique. Il y a certes pas mal de titres dansants, légers et festifs dans la musique de Cruachan mais il n'y a pas que ça car la musique folk a bien plus de facettes que cela !

En ce qui concerne la perception du metal folklorique à travers le monde, tu sais, quand je vais à un concert d'un groupe que j'aime, parfois j'ai juste envie d'être là au milieu de la foule et de hocher la tête en profitant. Lorsque j'entends "levez les mains en l'air", je n'ai pas toujours envie ! Nous avons vu des concerts de folie comme en Biélorussie il y a 3 semaines, c'était incroyable le public était déchaîné, et nous avons vu des foules beaucoup plus réservées comme en Italie. Ils apprécient la musique, mais pour eux, ils n'ont pas besoin de se joindre les uns aux autres  et sauter dans tous les sens pour profiter du concert et c'est là la différence entre les pays, c'est dans l'état d'esprit. 

Kieran Ball: La nuit dernière c'était fou ! 

Keith: Oui c'était assez impressionant !

Kieran: En même temps je pense que la musique irlandaise a pas mal de connexions avec la bretagne tu sais, nous sommes proches ! 

Certes et justement c'est peut-être ce qui fait que le concert a été aussi bien accueilli ! Ne penses-tu pas que de par votre héritage historique, votre musique est plus facilement  accueillie ( voir même comprise ) dans des pays informés/habitués à votre culture ? 

Keith: Nous avons toujours véhiculé notre histoire, tu sais j'écris des paroles pour Cruachan depuis vingt cinq ans et j'ai toujours pris ça très au sérieux mais une bonne partie des personnes qui nous écoutent ne la connaissent pas et n'ont jamais lu un seul mot de nos paroles tout simplement car cela ne les intéressent pas. Je pense que ce qui fait qu'un concert est réussi c'est que les gens entrent dans notre univers et apprécient notre musique, ils n'ont pas forcément besoin d'écouter ce que nous avons à dire pour apprécier l'instant. Une grande partie de ce que les gens veulent c'est boire, être ivre et passer une bonne soirée !

 

6) Comme tu le disais juste avant, nous sommes ici en Bretagne, une région celtique également pourvue de mythes et légendes et de beaucoup d'histoires. Comment vous sentez-vous à l'idée de jouer ici ? 

Kieran: C'est un super endroit pour jouer, ça se sent dans l'air, on le sent jusque dans les arbres... ( rires ). Nous aimons jouer ici, nous y avons déjà joué deux ou trois fois... Nous avons joué au Hellfest aussi, est-ce en Bretagne? Il y a résolument une connexion entre l'Irlande et la Bretagne ça c'est sûr !

Je ne sais pas si tu te souviens de l'un de mes premiers concerts avec le groupe il y a seize ans... 

Keith: C'est le nouveau membre du groupe il n'est là que depuis seize ans ( rires ) !

Kieran: Oui je suis le petit nouveau ! Nous avions donc joué en Bretagne avec un groupe local et c'était quelque chose de très spécial... Nous avons vraiment passé un moment fantastique! 

Keith: Il y a un groupe irlandais très célèbre qui a également fait de nombreux albums accompagnés de musiciens bretons! Ce sont les mêmes musiques, les mêmes structures, les mêmes personnes celtiques tout comme en Galice en Espagne, et de nombreux autres endroits. 

 

7) Comme nous le disions, vingt cinq ans de carrière et ce n'est pas fini ! Qu'est-ce qui attend Cruachan pour le futur? 

Keith: Nous visons la domination globale de l'humanité. Non, nous allons juste continuer notre chemin ! Nous aimons ce que nous faisons à l'heure actuelle c'est une bonne période ! Quand tu parles d'un groupe qui a vingt cinq ans de carrière tu te dis "ils doivent être sur une pente descendante" mais non, nous progressons et nous aimons ce que nous faisons en parallèle de nos jobs et de nos familles ! Nos amis d'Alestorm sont sur la route six mois de l'année car c'est leur boulot. Nous nous faisons ça tout simplement car nous aimons ça. Lorsque l'on produit un album nous le faisons car nous avons envie et nous aimons cela et non pas parce que nous avons besoin de sortir quelque chose pour manger alors nous allons continuer aussi longtemps que possible ! 

Nous faisons cela depuis vingt cinq ans alors si nous pouvions continuer pour les vingt cinq prochaines années nous serions très heureux! Kieran ne pourra probablement pas... 

Kieran: Non je serai mort ! ( rires ) Nous avons encore quelques festivals les prochaines semaines, je vais probablement mourir sur scène en Autriche, c'est ça le plan ! 

Keith: Et il ressuscitera sur la prochaine tournée ! 

 

 

Ajouter un commentaire