5 questions à... Psychoïd

Ce samedi 28 octobre avait lieu la toute première édition du Crossroad Fest organisé par Music-Records à Cholet (49). Pour l'occasion nous avons eu la chance de discuter avec les différents groupes à l'affiche, dont Psychoïd...

 

1/ En début d'année vous avez posté sur facebook quelques photos prisent au Track Down Music (studio d'enregistrement de Music Records), puis, plus de nouvelles. Où en êtes-vous ?

 

Thomas : En fait il y a pas de nouvelles sur le facebook parce que c'est nous qui le gérons et ça nous fait chier.

Kiko : On a pas de community manager...

Thomas :Voilà faudrait que quelqu'un s'en occupe.

Amaury : Moi j'ai posté une photo aujourd'hui et y a une semaine.

Rémi : Donc pour répondre sérieusement tu vois à cette époque là on enregistrait l'album tu vois. Et donc là l'album il et en cours de mixage, tu vois...

Kiko : Il est en cours de production...

Rémi : Et donc du coup après en fait on a laissé les live de côté à cette époque tu vois donc on a pas trop d'actualités à balancer on a posté ces photos dont tu me parles là en studio. Maintenant ça prend un peu de temps c'est en mixage, l'album va sortir l'année prochaine donc voilà on poste plus trop d'actualités à part les concerts qu'on fait...

Thomas : Et puis se connecter à facebook pour mettre une nouvelle photo tous les jours ça craint quoi...

Kiko : On se sert de l’outil mais bon, c'est pas...

Thomas : Ça fait un peu Voici Magasine...

 

 

2/ Dans une interview avec Various Metal Tv vous avez longuement discuté de votre EP « Thrash Test » enregistré en auto production. Maintenant que vous travaillez avec Music-Records, qu'est-ce que ça change pour vous ? Est-ce que ça apporte un sentiment d'évolution ou bien une certaine pression ?

 

Thomas : Les conditions ont changé oui, c'est à dire que quand on enregistrait déjà le midi ils nous faisaient à manger c'était super ! Quand on le faisait chez Kiko on avait rien du tout c'était un crevard. Mais non, non, ils sont pros. Déjà pour les conditions matérielles, nous on faisait ça dans le canapé dans le salon...Et là le studio d'enregistrement avec un ingé son, c'était la totale.

Kiko : On profite de leur expérience professionnelle, évidemment ça nous fait évoluer, c'est clair quoi.

Rémi : Voilà, l'EP on l'a fait à la maison, tranquille, puis là on l'a fait dans un studio donc forcément ça change la donne.

 

C'est juste le côté professionnel qui change alors ?

 

Kiko : Oui chacun son métier après, le label nous apporte un plus.

Thomas : De base ce qu'on cherchait avec un label, parce que tout ce qui est communication ça nous ennuie, eux ils gèrent tout ça c'est parfait.

Rémi : La question de base là c'était quoi déjà ? (rires) .

Thomas : Ce qu'ils font à notre place c'est professionnel.

 

3/Aujourd'hui internet joue un rôle important dans l'industrie de la musique mais comme vous le disiez ce n'est pas votre truc. Qu'est-ce que ça change réellement de ne pas être ultra connecté ?

 

Thomas : Nous si tu veux on est restés bloqués à une autre époque...

Kiko : On est conscients aussi de ça.

Thomas : On est conscients qu'on est pas...qu'on utilise pas assez les moyens modernes pour se mettre en avant, mais franchement ce qu'on recherche concrètement c'est juste de jouer devant des gens.

Kiko : après les médias évoluent donc faut s'adapter aux médias, évidemment, mais bon...

 

Vous ne sentez pas forcément une différence de visibilité par rapport à d'autres du fait de cette absence ?

 

Kiko : Disons qu'on se compare pas trop aux autres groupes non plus...

Rémi : Déjà !

Kiko : On est pas entrain de se dire tiens on va faire comme intel ou machin, on essaie de garder notre identité aussi quoi .

 

4/ Vous êtes originaires de Melun. Vous avez joué à Paris, au Havre, ce soir à Cholet. Quel rôle joue Music-Records dans votre promotion ?

 

Amaury: Bah sans eux on aurait pas eu les dates c'est tout.

Thomas : On a rencontré des super groupes on s'entend super bien avec eux ils sont vraiment super cool, en plus ils sont bons sur scène ! Comment dire, si on avait organisé un truc de nous même, on aurait fait de la merde déjà...Et voilà là c'est organisé, c'est carré, c'est top !

Rémi : Bah ça nous sort de Seine et Marne, c'est pas la première fois qu'on joue aussi loin, on avait déjà fait Bourges, on avait déjà fait Rouen et tout mais après tu sais nous on gérait le réseau contact et en fait ce qu'on a voulu te dire tout à l'heure et que tu as compris, c'est que maintenant le réseau contact on le gère plus on laisse ça au booking Music-Records. En fait voilà on se concentre sur l'essentiel, la musique parce que nous on est musiciens et ce qu'on essaie de t'expliquer depuis tout à l'heure c'est que on est pas ingénieurs du son, donc pour enregistrer c'est compliqué. Après on est pas tu sais dans la communication, c'est pas notre fort non plus... On est musiciens on joue entre nous ça nous fait plaisir. En fait voilà, c'est pas du tout qu'on est faignants ou quoi que ce soit, c'est qu'en fait tu vois, ça c'est moi qui te le dit, mais c'est des choses qu'on sait pas faire, ou pas trop faire, et bon on joue notre musique et on reste sur le plaisir principal.

Kiko : ça nous permet de nous concentrer sur d'autres trucs tout simplement.

 

5/Vous jouez d'ailleurs dans peu de temps, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

 

Amaury : Envie de jouer !

Kiko : Ouais !

Rémi : Chaud Bouillant, chaud bouillant toutes les dates qu'on fait on arrive on veut jouer quoi. C'est notre truc à nous ça rentrer dedans et y aller, c'est notre truc à nous ça tu peux y aller tu comprendras direct ce qu'on veut dire. Tu peux faire une chronique « Rentrer dedans et y aller », Psychoïd point barre.

 

 

 

Ajouter un commentaire

 
×