5 questions à... Motor Rise

Ce samedi 28 octobre avait lieu la toute première édition du Crossroad Fest organisé par Music-Records à Cholet (49). Pour l'occasion nous avons eu la chance de discuter avec les différents groupes à l'affiche, dont Motor Rise...
 

1/ Vous vous êtes fait connaître en temps que cover band, comment fait-on la transition vers un groupe qui propose ses propres compos ? Comment impose-t-on ce choix au public et quels sont les changements majeurs?

 

Yann: Sur le coup le public nous a suivi en fait, on a été surpris agréablement. On a commencé avec trois compos qu'on a inclus dans nos set et les gens venaient nous dire « c'est super faut continuer ». La transition s'est faite naturellement, on arrivait en concert on rajoutait un morceau par ici, puis on composait un morceau ici...Le seul truc vraiment difficile c'est de s'enlever l'étiquette « cover band »

Fabrice: ça ça reste un peu. Il y a encore des gens qui nous ont écouté il y a longtemps et qui sont pas encore revenus nous voir qui pensent encore qu'on fait des reprises. *

Yann: On m'a dit récemment « putain elles sont bien les reprises que vous faites » alors que c'était nos compos quoi... Donc on était contents de bien reprendre nos morceaux (rires).

Fabrice: C'est un concept tout nouveau, on ne reprend que nos morceaux !

Yann: Et bientôt on va sortir un tribute to Motor Rise d'ailleurs ! (rires).

Fabrice: On trouvera pas mieux pour reprendre nos titres. Non c'est vrai que la transition est un peu longue, il y a une image qui colle et qui met un peu de temps à partir mais je pense que quand on aura sorti notre album là ça va vraiment marquer le coup de la séparation.

 

2/ Comment avez-vous rencontré Music-Records ? Est-ce que ça a été l'élément déclencheur du changement du groupe ou bien la suite logique?

 

yann: C'est eux qui sont venus vers nous et ça faisait déjà un moment qu'on faisait nos compos.

Yannick: On avait déjà nos compos depuis un moment.

Fabrice: Bah comme on tournait pas mal avec du Motörhead et qu'ils voulaient faire une compil' e hommage à Motörhead, ils sont venus vers nous assez naturellement. Ils nous ont dit qu'ils voulaient une reprise et un morceau à nous et ça correspondait pas mal à ce qu'on faisait puisqu'on était entre les deux. C'est vrai que ça s'est fait naturellement mais je pense qu'on fond de nous on avais tous... [coupé par ]

Yann: On avais tous en nous quelque chose de Tennesee... (rires)

Fabrice: Aussi, I Believe I Can Fly ! Je pense qu'on avait tous en tête qu'on allait passer à nos morceaux à nous.

Yannick: Dès le début en fait mais on te l'a pas dit...

Yann: En fait on a passé un pacte Yannick et moi mais maintenant on peut t'en parler... (rires)

Fabrice: Non parce que c'est vrai qu'au départ ça a été le moyen d'apprendre à se connaître aussi ! On avait fait une liste et on s'est dit bon bah voilà on va jouer ça. La première répet' qu'on a fait on avait pris six Motörhead. On les a bossés, on s'est retrouvés, on a joué les six, et au bout de six on s'est dit bon qu'est-ce qu'on fait maintenant, comme ils tournent dès la première répet', on s'est dit il se passe un truc...

Yann: ça fait très cliché de dire ça mais on va raconter vite fais l'histoire...Quand on s'est rencontrés c'était pour tes cinquante ans (de Fabrice), on se connaissait pas. On se connaissait juste par facebook parce qu'on était des zicos de Tours, il a invité tous les zicos du coin il a fait six heures de concert et on s'est retrouvés à faire Ace Of Spades ensemble et ça a collé direct. Il est venu nous voir à la fin et il nous a dit bah les mecs on monte un truc ensemble on essaie et quand on s'est pointés à la première répétition après avoir bossé les six morceaux, et c'est vraiment cliché ce que je vais dire, mais il s'est vraiment passé quelque chose en jouant tous les trois.

Fabrice: Et puis là on s'est dit on va en mettre six autres ! Et on a eu jusqu'à quinze Motörhead, et après on s'est dit on va mettre autre chose pour que ça bouge un peu donc on a mis du AC/DC, du Black Sabbath, du Metallica, du Led Zep' et des vieux trucs comme ça....

Yannick: Toujours dans une ambiance un peu Motörhead, dans l'énergie, le son, ré-adapter les morceaux un peu...

Fabrice: on était pas un tribute qui reprend pareil en fait. C'était toujours avec notre son.

 

3/ Justement le fait d'avoir déjà à l'époque adapté le style de vos reprises, est-ce que ça aide à se créer un registre qui ne sonne pas "déjà vu" qu'on on joue sur des influences aussi populaires?

 

Yann: C'est ce qu'on nous disait dans les retours qu'on avait c'est qu'on avait vraiment notre identité, qu'on reprenait vraiment les morceaux à notre sauce. Du coup la question s'est pas trop posée, on a commencé à amener quelques riffs de compo, et puis on a collé des paroles dessus à l'arrache...(rires)

Yannick: Traduisez pas les textes de l'EP voilà...

Yann: Faut pas faire ça, jamais! Et du coup ça a vraiment été naturel on s'est pas trop posé de questions et comme on disait tout à l'heure l'accueil des gens ça a été super direct. Nous on est de Tours on connaissait personne ici et pourtant on a vendu des CD des T-Shirt et les gens venaient nous voir pour nous dire que c'était super alors que bon bah voilà quoi...

Fabrice: Mais souvent c'est comme ça, les gens arrivent avec des préjugés par rapport à notre nom, nos anciennes reprises et au final...

Yann: C'est parce qu'il y a la dimension humaine aussi. On s'est dit dès le début qu'on allait pas se prendre la tête et qu'on irait jusqu'où on pourrait aller en faisant ce que nous on aimait faire. Et du coup même les reprises on les faisait à notre manière, on rajoutait des cœurs là où il y en a pas... On a plein de groupes tous à côté, Fab il a trente ans de carrière derrière lui sur la région de Tours et du coup on s'est dit on a l'envie de faire vraiment ce qui nous plaît avec zéro contraintes.

Fabrice: On a jamais fait ce qu'on pensait qui plairait.

Yann: L'idée de ce groupe c'était de se faire plaisir et on verra jusqu'où ça nous mène. Aujourd'hui encore on se prend pas la tête. Quand on arrive sur scène on est content d'être là, lui (Yannick) il a un beau sourire c'est la caution fashion du groupe...

Fabrice: Moi je suis le vieux qui rassure (rires) chacun son rôle !

 

4/ Vous avez sorti un EP « Faster Louder Faster » . Pouvez-vous nous en dire quelques mots?

 

Yann: Alors il est sorti il y a deux ans déjà. C'était les premières compos et c'est le public qui nous a dit faut les enregistrer, qu'on puisse les avoir chez nous, c'est vraiment eux qui nous ont poussé à le faire. C'est cinq compos aux influences assez variées finalement.

Yannick: Tu prends un mix de Maiden, Ac/Dc et t'obtient cinq titres qui ressemblent à peu près à ça, mais avec notre touche en plus.

Fabrice: Et toujours avec des petits clins d'oeil. On a fait faire les choeurs par des potes dans un bar, on les a réunis dans un bar on a mis des micros partout et on les a fait gueuler. Donc tous les choeurs qu'on entend, c'est tous les copains.

Yannick: Toujours le côté vivant qui fait parti du groupe...

Fabrice: Y a aussi un truc qu'on fait souvent c'est d'avoir des invités et on essaie quand on joue avec un autre groupe c'est de faire un truc ensemble.

Yann: Après nos deux sets respectifs on mélange les deux groupes et on essaie de faire un petit truc. On bosse à la balance un peu avant et voilà.

 

5/ Quels sont vos futurs projets?

 

Yann: On est entrain de finir d'écrire l'album, il est quasiment fini.

Fabrice: Sur douze morceaux on en a huit ou neuf qui sont quasiment prêts...

Yann: Huit Neuf qui sont écrits !

Yannick: Faut les roder maintenant.

Fabrice: Pour moi ils sont pas prêts... (rires).

Yann: Coupes ! Coupes ! (rires)

Fabrice: Mais d'ici avril ils seront prêts !

Yann: Sortie du coup le quinze septembre à Tours. Le mieux pour avoir des détails c'est d'aller sur la page facebook du groupe, on mettra le concert de sortie qui aura lieu à Tours avec un super groupe en première partie on vous en dit pas plus vous verrez ça... Info à surveiller, il y aura peut-être un Ulule en février.

Fabrice: Il y aura quelques dates aussi peut-être parce qu'en ce moment on est calmes on écrit l'album. Cette année on a joué avec Chris le batteur de Ac/Dc qui est venu à Tours, on en fait un peu moins mais on fait des belles dates, un peu plus pointues, mais dans trois semaines on refait un petit bar...

Yann: Parce que c'est important de se mêler au peuple (rires).

 

 

Ajouter un commentaire