5 Questions à... D-Symetry

"les réseaux sociaux facilitent la communication et apportent une reconnaissance immédiate et plaisante mais limitée"

1/ Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, est-ce que vous pouvez nous parler de D-Symetry un peu plus en détails ? Le groupe, votre musique, vos influences...

D-Symetry: D-SYMETRY est né en 2010 suite au split du groupe de métal EFEMERE. De cette époque, il ne reste plus qu’Andy à la batterie, qui a rapidement « recruté » Farid à la guitare rythmique. Après de nombreux changements de line-up et un gros renouvellement du répertoire, c’est en 2013-2014 qu’on a enfin trouvé la stabilité avec l’arrivée de trois nouveaux membres en l’espace de quelques mois : Alban à la basse, Bastien au chant et Romain à la guitare.

Depuis, on travaille régulièrement sur l’amélioration d’anciens morceaux mais surtout sur la composition de nouveaux. On a besoin de produire du nouveau matériel en permanence, de « torturer » les morceaux dans tous les sens. Ça nous permet de rester motivés, dynamiques et surtout créatifs.

En ce qui concerne nos influences, c’est toujours délicat de faire une liste exhaustive car certains d’entre nous ont quand même pas mal de bouteille ;-) et tous les types de musique ont forcément traversés nos oreilles à un moment ou à un autre. Donc, sans citer de noms en particulier, le point commun entre les 5 membres est bien évidemment le métal et tous ses dérivés mais on écoute aussi du rock, du punk, de l’électro, du reggae pour certains, du trip-hop ou même des chansons pour enfants.

 

 

2/ D-Symetry, un élément saute aux yeux lorsque l'on vous suit : vous êtes très présents sur les réseaux sociaux. De facebook à twitter, en passant par instagram et l'incontournable youtube, vous êtes sur tous les fronts. Outre une visibilité facilitée, qu'est-ce que vous apporte tous ces médias ?

Les réseaux sociaux et internet en général sont des incontournables aujourd’hui. N’importe quel groupe a son facebook, twitter, etc…. La diffusion est facile mais la visibilité est moins évidente. Il est malheureusement de plus en plus difficile de sortir du lot sur les réseaux sociaux, on peut se sentir rapidement « fondus dans la masse » et si l’on veut être visible par le plus de monde possible, il faut souvent mettre la main à la poche. Nous, comme des milliers d’autres groupes, ne pouvons pas nous permettre de promouvoir telle ou telle page trop souvent. Certes, les réseaux sociaux facilitent la communication et apportent une reconnaissance immédiate et plaisante mais limitée. On constate de plus en plus que, paradoxalement, on a beau être très présents et réactifs sur les réseaux sociaux, le moyen le plus efficace et le plus sûr pour se faire connaitre et diffuser reste le contact avec le public et donc les concerts.

 

 

3/ Vous venez de sortir un superbe EP de 7 titres, pouvez-vous nous en parler d'avantage ?

Merci pour le « superbe ». Cet EP est le résultat d’un week-end d’enregistrement au Studio MicroClimat d’Epinal en juin 2015 avec Dominique Marotel au son et Vincent Hermon au mix et mastering.

Andy avait déjà enregistré un EP avec EFEMERE en 2009 chez MicroClimat et il n’avait qu’une envie c’était d’y retourner. Lorsque les 4 autres membres ont vu le cadre, l’accueil et les conditions de jeu et d’enregistrement que pouvait nous offrir cet endroit, ils n’ont pas été très difficiles à convaincre.

La volonté à travers cet EP était de garder un esprit « live » et ne surtout pas charger au moment du mix sur les effets, compressions et autres. On ne voulait pas avoir un son plat, lisse, certes puissant mais aseptisé comme on peut en entendre si souvent de nos jours dans certains groupes de métal. Je pense qu’à ce niveau-là, le contrat a été totalement rempli par Vince. Notre son reste puissant et brut à la fois. Il est rond et plutôt chaud (comme nous quoi….).

Pour ce qui est des titres, on a choisi les 6 titres qui nous semblaient être les plus représentatifs et variés de notre répertoire. Le dernier titre « Brainwash » a été enregistré dans des conditions différentes mais toujours au même endroit. La prise de son pour ce morceau a été totalement live et nous l’avons enregistré à la base pour la compil « Spin’It Live N°1» qu’a sorti la SMAC « La Souris Verte » d’Epinal au mois de mai et qui réunit 9 groupes qui répètent dans ses locaux. C’est pour ça que l’on peut trouver le son différent et moins travaillé que sur les morceaux précédents du EP. Ce morceau est en quelque sorte un petit bonus qui apporte la touche finale au EP.

 

 

4/ Quel était l'enjeu de cette sortie ? Pensez-vous que cette production puisse être la clef de plus de portes ( et peut-être de dates ) pour le groupe ?

L’enjeu était tout d’abord personnel car il est toujours délicat de « construire » de la musique à 5 et le fait d’avoir nos morceaux gravés « pour l’éternité » sur un CD est déjà une finalité en soi. Le passage en studio est un travail particulier qui nécessite précision et rigueur et on est plus que satisfait de ce que l’on a fait et du résultat.

Outre cette satisfaction personnelle, l’enjeu principal est bien évidemment la diffusion du CD tout d’abord pour décrocher des dates et faire des concerts et ensuite pour pouvoir réinvestir l’argent des ventes sur de nouveaux projets et pourquoi pas un nouvel enregistrement ou un nouveau clip.

 

 

5/ Pour finir et rester dans le thème, quels sont vos projets pour la suite ?

Après cette année très riche dans la partie « production » (sortie du EP, tournage et sortie de 2 clips, participation à la compil Spin’It Live, etc), nous souhaitons que cette année soit sous le signe du « live ». On a désormais suffisamment de matériel pour démarcher et on espère vraiment que la réponse des salles de concerts sera à la hauteur de nos attentes.

Outre un projet avec un groupe de rap (chut, ça reste secret pour l’instant), tout ce que l’on demande pour cette année est de défendre notre EP sur scène, partager la musique avec des gens de tous horizons et aller à la rencontre du public.

 

Ajouter un commentaire

 
×