Piles Of Priest - Tenebrous Labyrinth

C'est avec impatience que nous attendions il y a quelques semaines, Tenebrous Labyrinth, nouvel EP du trio death metal (originaire de Denver) Piles Of Priest. Ce disque 6 titres (trois compos, trois reprises) est sorti il y a maintenant trois semaines, il est grand temps de t'en dire d'avantage...

 

A la découverte de cet EP, une pointe de déception m'avait envahie en voyant sa composition. Seulement 3 titres personnels... Difficile de faire explorer (et surtout découvrir) un univers en si peu de morceaux. Difficile certes, mais pas impossible pour le trio qui réserve bien des surprises. 

A défaut donc de faire durer l'album, le groupe démarre au quart de tour avec le titre Tenebrous Labyrinth, et va droit au but. La première surprise est la netteté de la production. Chaque élement est à sa place, ni trop présent, ni trop effacé, et permet une écoute des moindres détails. Et du détails, il y en a! C'est technique, roulant, saturé, La voix s'impose avec une facilité déconcertante, impreignée de consonnances proches d'Amon Amarth. Si le titre n'a pas la prétention de renouveler le death metal, il y apporte une crédibilité notable, tout s'enchaîne avec une fluidité impeccable et donne cette impression que ce morceau a toujours existé (dans le sens positif du terme bien sûr). 

Puis c'est au tour de Kafir, cette fois, pas de doute possible quant à l'identité du groupe. Il faut que ce soit lourd, roulant, mais mélodique et carré. Chaque chose à sa place, comme ce solo d'ailleurs, il annonce parfaitement la ligne vocale qui suit. Quelle puissance dans cette voix, elle dégage une impression de force incroyable, mais quand on l'imagine, on ne le voit pas forcément, s'égosiller comme un sauvage, mais plutôt conter son histoire du fond d'une caverne avec pour seul reflet de lumière les torches accrochées au mur. A noter également ce petit solo mono instrumental, sans saturation, qui ne cesse de surprendre et apporte une touche d'originalité au morceau. Maintenant, on a compris le principe, on sait comment ça marche, mais au fur et à mesure des écoutes, tout semble  tellement limpide et précis qu'on ne peut que se laisser surprendre par l’habilité de la composition.

Seulement deux morceaux sont passés et on est déjà convaincus. On pensera d'ailleurs à tort que l'on a tout vu et que ça en vallait la peine, mais c'était sans compter sur Interlacial Departure. C'est le coup de grâce, tout prend une autre dimension, le tempo s'accélère, la violence monte d'un cran, même les solos prennent une dimension différente. La voix, que l'on croyait déjà plus que convainquante, sort de sa zone de confort. Puis sur la fin, on aperçoit même les contours d'un break aérien, mystique et planant, qui augure encore divers possibilités, des horizons à explorer et à manier toujours avec subtilité.

 

Une fois la surprise passée, il n'y à qu'à écouter (et apprécier) les reprises qui suivent, Coroner (avec le titre Divine Step), Sadus (avec Trough The Eye Of Greed) et Kreator (Hate Inside Your Head), pour prendre pleinement conscience de la technicité du groupe et de son aisance à s'approprier chaque registre sans la moindre fausse note !

 

Tenebrous Labyrinth est une réelle prise de risque pour le trio Piles Of Priest, mais une véritable réussite! Le groupe dévoile un disque de qualité, travaillé et soigné, garni de titres efficaces et savoureux, ainsi que de reprises sophistiquées et agréables à l'écoute. Nous n'avons rien d'autre à dire pour conclure que "Ecoutes-le bon sang!". 


 

 

 

Ajouter un commentaire