Bellator - I

C'est fin mars dernier que le trio angevins Bellator sortait son tant attendu premier EP, sobrement intitulé "I". Nous l'avons reçu dernièrement, et nous avions hâte de pouvoir t'en parler. 

 

Fromlor Agard ouvre les hostilités et offre un petit aperçu de ce qui attend l'auditeur tout au long de cette écoute. Première grande ( et bonne ) surprise, le chant est en français! Deux voix s'opposent sur une mélodie simple mais efficace, qui fait la part belle à l'instrumental. 

C'est au tours de Petit Orc. Si au premier abord les voix peuvent surprendre, sur ce titre tout semble déjà plus cohérent. L'introduction est rythmée et les guitares plus travaillées, plus abouties. 

Padnom enchaîne mais lasse un peu. Sa longue intro devient vite répétitive. Cependant tout n'est pas à jeter sur titre qui pousse encore plus loins la recherche de complémentarité entre les deux voix. Le petit plus ? Un bon solo qui vient rompre la monotonie de la structure. 

Puis le trio prend un tournant innatendu. Epic offre un aperçu des différentes possibilités du groupes avec une intro résolument plus construite. Au programme, combat à armes égales entre basse acrocheuse et guitare pointilleuse, alors que la batterie mène ses troupes droit vers des ryhtmes sophistiqués. L'instrumental vaut le détours et mériterait d'être retrouvé derrière chaque piste.

Comme par enchantement, Bellator ( le morceau suivant ) met nos attentes en perspective avec un titre tout en puissance, fluide et efficace. 

Enfin Blood Eagle vient clôturer cette production avec un des moments les plus lourds de l'album. La voix se fait roulante, caverneuse, et écrase tout sur son passage. 

 

 

A la première écoute, divers sentiments se succèdent, d'abord de la surprise, puis une certaine forme d'inquiétude face à des titres quelque peu en dessous de ce à quoi on pourrait s'attendre à la vue de la pochette, épique et sombre. Mais au fil des titres, le trio montre qu'il en a dans le ventre et que ses musiciens sont capables de bien des exploits. Sans pour autant pouvoir réellement être affublés de l'étiquette "thrash", Bellator cultive son univers personneln et a encore bien des batailles à nous compter. 

Ajouter un commentaire

 
×